L’orientation apparaît comme une « interface » qui donne des clefs mais dont l’individu doit acquérir « la maîtrise ». Les notions d’individu « actif », de « décisions réalistes et conscientes » sont apparues peu à peu , et s’imposent désormais dans un « environnement » de plus en plus « complexe » et « instable ».

La question de l’orientation s’inscrit dans une logique de sécurisation des parcours professionnels, celle-ci a un rôle à jouer face aux actuels bouleversements du monde du travail, Un processus de construction, d’appropriation de l’information s’impose face à l’évolution du monde du travail.

© Ainoa - Fotolia.com
 

« L’orientation est présente dans l’ensemble des interstices de la relation formation-emploi, elle s’adosse à une multitude de dispositifs et de procédures, impliquant une grande diversité d’intervenants.

L’histoire de l’orientation se décline en différentes étapes qui répondaient toutes à un besoin précis, d’abord social, puis d’élévation des niveaux de qualification, ensuite de réduction du chômage (jeunes, non qualifiés, handicapés) et un enjeu de « mobilité » qui aboutit aux « préconisations » européennes dans un souci d’harmonisation : on parle de formation tout au long de la vie et d’ orientation tout au long de la vie.

L’objectif « premier » est de favoriser l’acquisition de la capacité à s’orienter tout au long de la vie, et de faciliter l’accès de tous aux services d’orientation : Amener la personne à s’engager grâce à un niveau de connaissance suffisant, s’approprier l’information et savoir l’utiliser pour prendre des décisions réalistes.

Parallèlement, le processus devient de plus en plus complexe, il touche à des domaines de plus en plus larges et nombreux, tous imbriqués et fluctuants au fil du temps. Ainsi, dans le cadre de sa mission d’information, le Crefor développe et produit des outils permettant d’appréhender le paysage de l’orientation (dispositif, financement), la multiplicité des acteurs et la complexité de leurs relations, Cette connaissance contribue à la compréhension du paysage de l’orientation et par là même permet d’accroître les capacités d’anticipation des acteurs locaux.