De quoi parle-t-on ?

Tout d’abord, d’un problème de société qui concerne chacun dans sa situation et son action. Le sont en premier, les personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante. Car cela occasionne pour elles des difficultés voire des conséquences négatives dans leur vie familiale, professionnelle, citoyenne. 8 % de la population seino-marine et euroise de 16 à 65 ans sont concernés. Mais d’une certaine manière, les 92 autres aussi : par leurs relations avec leurs entourages, leurs enfants, leur métier et leur propre rapport aux exigences futures qu’imposera la société dans les modalités de l’usage des écrits à venir… C’est une problématique qu’il faut approcher de manière globale, formation et prévention, pour tous les aspects de la société et dans une perspective évolutive.